La ruée vers l’Inde

Fatimata

Selon une enquête récente, l’Inde est aujourd’hui la destination de choix pour les entreprises souhaitant externaliser une partie de leur production. De fait, Les entreprises françaises, confient de plus en plus le développement de leurs logiciels aux Indiens. Le “modèle indien” gagne ainsi de plus en plus les SSII françaises.
Pourquoi le “modèle indien” séduit-il autant ? Est-il réellement à la hauteur des attentes? Rêve ou mirage indien ?

Les entreprises ont recours à l’externalisation pour réduire leurs coûts de production. Le défi reste néanmoins à réduire ces coûts tout en conservant une qualité de prestations de services assez haute. C’est là qu’intervient l’Inde. En effet, ce pays constitue aujourd’hui un eldorado pour les ténors du secteur IT et les raisons sont simples. L’Inde propose :
– des infrastructures et des capacités technologiques en plein développement. La multiplication des business pôles, le développement de diverses applications tels que le e-commerce, la migration ou la maintenance des systèmes, le maintiennent des canaux de communication sans interruption avec les clients en offrant une bande passante à haut débit via la connectivité par satellite, câbles sous-marins et les réseaux de fibres optiques, en font une réelle technopole.
– une mine de matière grise. L’Inde est le plus grand réservoir de talents au monde dans les technologies IT. On compte 120 000 nouveaux diplômés en IT chaque année.
-une force de travail à faibles coûts. l’Inde propose un grande flexibilité en matière de coûts et cela lui donne un grand avantage face à l’Occident où la main d’œuvre coûte de plus en plus chère et oú le marché du travail reste figé et très règlementé. En comparaison, le taux horaire d’un développeur peut être négocié en dessous de 13,35 euros.

Tous ces avantages sont considérables et attirent les entreprises comme le miel attireraient les abeilles. Mais cela ne risque-t-il pas bientôt de tourner en la défaveur de ces entreprises voguant vers d’autres horizons ?

L’industrie de l’externalisation informatique indienne continue de connaître un taux de croissance énorme de 25-30% par an. Ainsi, si auparavant, l’offre était largement inférieur à la demande, les courbes ont désormais  tendance à s’équilibrer. Or qui dit équilibre entre l’offre et la demande, dit aussi équilibre des pouvoirs. Cet équilibre des pouvoirs a plusieurs conséquences négatives:

– un Turn over salariale important. En effet les indiens, conscients de leurs succès, trient désormais les entreprises dans lesquelles il souhaitent travailler et n’hésitent pas à s’en aller lorsqu’ils peuvent se revendre plus chers ailleurs. Ainsi leur fidélité à une entreprise  ne se situe en moyenne qu’entre 2 et 3 ans. Ce qui représente une perte non negligeable, lorsque l’on considère les budgets formation des projets d’offshoring.

– une main d’œuvre de plus en plus chère. En effet la force de négociation indienne ne fait que s’accroître. En 2004 le rapport entre le coût d’un développeur français et un développeur indien était de 1 à 3 aujourd’hui il n’est plus que de 1 à 2.

– une fiabilité difficilement vérifiable. Or C’est un point important lorsqu’il s’agit de services. Le défi des entreprises françaises est alors de mettre en place des plans d’audit et de certifications efficaces.

Ainsi il est primordial pour les SSII françaises de réfléchir à tous ces avantages et inconvénients de l’offshoring indien. Seul le temps confirmera la bienseance de ces investissements. Il serait néanmoins judicieux de considérer le fait que l’Inde est un pays en forte croissance et que plusieurs nouvelles SSII indiennes naissantes risquent de fortement les concurrencer.

facebooktwittergoogle_plusmail

Laisser un commentaire