Les fonds FEILT, une variante des FIA

Fatimata

L’industrie de la gestion collective s’est enrichie de l’application du règlement ELTIF (European long term investment fund) ou FEILT (fonds européen d’investissement à long terme).
Il y avait les fonds UCIT IV, relevant de la directive européenne Undertaking for the collective investment in transferable securities, et les FIA (fonds d’investissement alternatifs), relevant de la directive Alternative Investment Fund Managers. L’appellation OPC (organisme de placement collectif) désigne les OPCVM (OPC en valeurs mobilières) et les FIA, dont les FEILT sont désormais une variante. Ces fonds ont pour objectif d’apporter des financements de longue durée à des projets d’infrastructure (actifs physiques), à des sociétés non cotées ou à des PME cotées qui émettent des instruments de capitaux propres ou de dette. Compte tenu de l’importance des financements à long terme pour la croissance dans l’Union européenne, le règlement ELTIF vise à acheminer l’épargne vers des investissements dans l’économie réelle.

Les fonds européens d’investissement de long terme ont été introduits par le règlement européen qui est entré en application le 9 décembre 2015. L’AMF vient de délivrer les deux premiers agréments ELTIF à deux fonds ayant le statut de sociétés de libre partenariat.

Désormais il est possible d’investir dans un fond FEILT en France et ainsi profiter de ce label mais ce uniquement pour les investisseurs professionnels, et au travers de la structure juridique SLP (‘‘Société de Libre Partenariat’’), que l’AMF commence par ailleurs à agréer régulièrement.
Quels sont les apport de ce nouveau type de fonds?

Les FEILT fixent un cadre juridique permettant d’attirer l’épargne et de transférer des capitaux importants vers des secteurs nécessitant des investissements à long terme. Ces fonds se veulent être un financement alternatif ou complémentaire au crédit bancaire qui s’est rarifié suite à la crise économique.
D’une part, le cadre juridique de ce nouveau véhicule a pour but de générer des revenus réguliers pour les organismes de gestion de retraite, les fonds de pension, les entreprises d’assurance, les fondations et plus généralement les investisseurs recherchant des rendements long terme. D’autre part, il a vocation à offrir à ces investisseurs professionnels l’opportunité d’apporter des financements à des projets d’infrastructure, à des PME non cotées et à des PME cotées rencontrant des difficultés pour se financer sur le marché.
Avec la Directive AIFM qui limite la commercialisation des FIA aux investisseurs professionnels, ce Règlement comporte un atout majeur pour les gestionnaires AIFM car il leur permet de commercialiser leurs FIA à des investisseurs de détail dans toute l’Union européenne. La principale innovation de ce Règlement est la création d’un « Passeport retail de FIA ».

Nous attendons donc avec impatience la déclinaison du concept ELTIF sur les autres places financières européennes, en particulier au Luxembourg et en Irlande, qui avaient modifié très vite leur cadre réglementaire pour accueillir les ELTIF, et à Londres, où la FCA – Financial Conduct Authority – planche sur les ELTIF à destination des investisseurs particuliers.

facebooktwittergoogle_plusmail

Introduction à Ansible

jacques

Tout développeur qu’il soit, a pu, un jour, rencontrer des tâches d’administration système, allant de la simple configuration d’un outil ou d’un serveur jusqu’au déploiement de tout en environnement pour les plus veinards.

Lorsque la tâche devient répétitive et rébarbative, on a tendance à se reposer sur des méthodes automatisées tels que des scripts concoctés par le plus grand chef, à savoir vous.

Ces méthodes peuvent convenir pour des actions simples et rapides mais lorsque l’on doit monter  tout un système sur un ou plusieurs environnements, là cela peut devenir douloureux.

C’est dans ce contexte que l’on a pu voir émerger des Outils de Gestion de Configuration (ou Configuration Management Tool) ces dernières années afin de faciliter l’automatisation de procédures d’exploitation usante.

L’un de ces outils que je souhaiterais vous présenter issu de cette philosophie se nomme Ansible.

Qu’est-ce que ANSIBLE ?

Ansible est un logiciel open-source (Licence sous GNU GPL), écrit en Python, qui offre la possibilité de déployer des outils, d’exécuter des tâches, de gérer la configuration d’outils sur vos environnements préférés à distance.

 

Mais que permet de faire ANSIBLE ?

Comme la plupart des Outils de Gestion de Configuration, il nous facilite la vie en réalisant à distance des traitements comme :

  • La configuration d’environnement ou d’outils
  • Les montées de versions de produit installé en environnement
  • L’installation de nouveaux outils
  • La remontée de tout un environnement (ce qui combine les trois points précédents)
  • et le plus important, le Café (pour peu que l’on ait une cafetière connectée)

Mise en place

Nos amis issus du monde Microsoft, pourrait être déçus car Ansible ne permet pas d’être installé sur leur précieux environnement Windows.

Au delà de ça, le produit ne nécessite quasiment rien. Une installation sur un serveur hôte suffit.

Seul pré-requis pour l’atout de ce produit, vos environnements distants doivent être accessibles par le protocole SSH ce qui suppose l’installation d’un système d’exploitation en amont.

Sachez toutefois que même si Ansible n’est pas déployable sur un Windows hôte, il permet néanmoins leur administration sur des serveurs distants.

 

 

Comment ça marche ?

Une fois l’installation réalisée sur le serveur hôte, tout le travail à réaliser est sur l’ordonnancement des tâches à effectuer.

Pour une telle entreprise, Ansible nous offre la possibilité d’écrire des “playbooks”, une arborescence comprenant :

  • Des scripts, décrivant nos tâches à réaliser, écrit en YAML.

Exemple de playbook pour installer Java :

 

  • Des templates, à transmettre et comprenant la configuration qui sera pré-rempli pour vos outils préférés, écrit en JINJA2.

Exemple de fichier template en JINJA2 : Fichier de description des utilisateurs à une application Tomcat.

 

Pour nous aider à écrire nos scripts, Ansible nous offre pas moins de 450 modules différents et une communauté active.

De plus, afin de voir des exemples de playbooks, Ansible  nous en fournit également un certain nombre sur GitHub.

Ansible Front-End

Ansible est un produit libre, mais tel quel, il n’est exploitable que par son mode console ce qui n’est pas très User-Friendly.

Mais, Ansible, nous propose son IHM Ansible Tower qui pourra permettre d’auditer, configurer et gérer vos déploiements mais malheureusement pour les petites bourses, il est payant.

Ansible_Tower_blog

 

Pas de panique, il existe des solutions alternatives. En effet, une de ces solutions est de pouvoir utiliser Foreman comme front avec le plugin de connexion Ansible.

La procédure d’installation s’effectue de la manière suivante :

  • Installer Foreman sur le même serveur hôte qu’Ansible
  • Installer le plugin Ansible pour Foreman
  • Installer une fonction python de callback qui fournira à Ansible un certain nombre d’information

Foreman_Ansible

Seul cheveux dans la soupe, Foreman est installé avec Puppet par défaut (Puppet étant un des produits alternatifs d’Ansible).

A moins de connaître la méthode d’installation depuis les sources de Foreman sans Puppet, le moyen le plus simple d’avoir une installation finale sans Puppet est de permettre l’installation de Foreman par la voie standard avant de retirer tous les paquets liés à Puppet.

 

facebooktwittergoogle_plusmail

Les 10 ans d’Ossia Conseil

Emmanuelle

 

 

Nous avons soufflé nos 10 bougies ! Quelques photos souvenirs de notre anniversaire.

 

thumb_DSC06391_1024

thumb_DSC06401_1024 thumb_DSC06410_1024

thumb_DSC06665_1024

 

 

facebooktwittergoogle_plusmail

La ruée vers l’Inde

Fatimata

Selon une enquête récente, l’Inde est aujourd’hui la destination de choix pour les entreprises souhaitant externaliser une partie de leur production. De fait, Les entreprises françaises, confient de plus en plus le développement de leurs logiciels aux Indiens. Le “modèle indien” gagne ainsi de plus en plus les SSII françaises.
Pourquoi le “modèle indien” séduit-il autant ? Est-il réellement à la hauteur des attentes? Rêve ou mirage indien ?

Les entreprises ont recours à l’externalisation pour réduire leurs coûts de production. Le défi reste néanmoins à réduire ces coûts tout en conservant une qualité de prestations de services assez haute. C’est là qu’intervient l’Inde. En effet, ce pays constitue aujourd’hui un eldorado pour les ténors du secteur IT et les raisons sont simples. L’Inde propose :
– des infrastructures et des capacités technologiques en plein développement. La multiplication des business pôles, le développement de diverses applications tels que le e-commerce, la migration ou la maintenance des systèmes, le maintiennent des canaux de communication sans interruption avec les clients en offrant une bande passante à haut débit via la connectivité par satellite, câbles sous-marins et les réseaux de fibres optiques, en font une réelle technopole.
– une mine de matière grise. L’Inde est le plus grand réservoir de talents au monde dans les technologies IT. On compte 120 000 nouveaux diplômés en IT chaque année.
-une force de travail à faibles coûts. l’Inde propose un grande flexibilité en matière de coûts et cela lui donne un grand avantage face à l’Occident où la main d’œuvre coûte de plus en plus chère et oú le marché du travail reste figé et très règlementé. En comparaison, le taux horaire d’un développeur peut être négocié en dessous de 13,35 euros.

Tous ces avantages sont considérables et attirent les entreprises comme le miel attireraient les abeilles. Mais cela ne risque-t-il pas bientôt de tourner en la défaveur de ces entreprises voguant vers d’autres horizons ?

L’industrie de l’externalisation informatique indienne continue de connaître un taux de croissance énorme de 25-30% par an. Ainsi, si auparavant, l’offre était largement inférieur à la demande, les courbes ont désormais  tendance à s’équilibrer. Or qui dit équilibre entre l’offre et la demande, dit aussi équilibre des pouvoirs. Cet équilibre des pouvoirs a plusieurs conséquences négatives:

– un Turn over salariale important. En effet les indiens, conscients de leurs succès, trient désormais les entreprises dans lesquelles il souhaitent travailler et n’hésitent pas à s’en aller lorsqu’ils peuvent se revendre plus chers ailleurs. Ainsi leur fidélité à une entreprise  ne se situe en moyenne qu’entre 2 et 3 ans. Ce qui représente une perte non negligeable, lorsque l’on considère les budgets formation des projets d’offshoring.

– une main d’œuvre de plus en plus chère. En effet la force de négociation indienne ne fait que s’accroître. En 2004 le rapport entre le coût d’un développeur français et un développeur indien était de 1 à 3 aujourd’hui il n’est plus que de 1 à 2.

– une fiabilité difficilement vérifiable. Or C’est un point important lorsqu’il s’agit de services. Le défi des entreprises françaises est alors de mettre en place des plans d’audit et de certifications efficaces.

Ainsi il est primordial pour les SSII françaises de réfléchir à tous ces avantages et inconvénients de l’offshoring indien. Seul le temps confirmera la bienseance de ces investissements. Il serait néanmoins judicieux de considérer le fait que l’Inde est un pays en forte croissance et que plusieurs nouvelles SSII indiennes naissantes risquent de fortement les concurrencer.

facebooktwittergoogle_plusmail

IT Commando

Emmanuelle

Société de conseil IT créée en 2006, Ossia Conseil est spécialisée dans les métiers de la finance de marché, à la fois au niveau des systèmes d’information (MOE, MOA) et des opérations. La qualité de nos prestations passe par notre capacité à développer chez nos consultants une vision complète des métiers de la finance et de leurs interactions au sein d’une banque d’investissement.

 

Notre client, grande banque d’investissement internationale recherche des IT Commando, rattachés au périmètre Middle, Back et Trésorerie, avec des connaissances à la fois techniques (modélisation des processus métiers, test, support aux utilisateurs) et fonctionnelles (market data, dérivés actions, etc.). Ayant également des connaissances sur des outils tels que :

  • Bloomberg
  • Access
  • Oracle
  • Sybase
  • SQL server

 

Missions et tâches principales :

 

Au sein de l’équipe commando mutualisée, vous devrez prendre en charge les tâches suivantes :

  • Spécifier les besoins avec les utilisateurs
  • Développer des applications en VBA (Excel) et SQL
  • A noter de fortes interactions avec le business et l’IT
  • Réaliser les tests des nouvelles applications
  • Rédiger des documents utilisateurs (en anglais)
  • Livrer aux utilisateurs les développements validés
  • Assurer la maintenance corrective, évolutive et le support des applications existantes (spreadsheet Excel)

 

Profil recherché :

 

Issu(e) d’une formation d’ingénieur ou universitaire de niveau bac +5.

 

La maîtrise de la technologie Visual Basic est requise.

 

Vous avez un bon niveau d’anglais.

 

Nous recherchons une personne rigoureuse, méthodique et autonome pour mener à bien cette mission.

 

Vous souhaitez intégrer une équipe dynamique, à même de vous faire progresser, n’hésitez pas à nous adresser dès à présent votre candidature à l’adresse : drh@ossia-conseil.com

 

facebooktwittergoogle_plusmail

Introduction à DOCKER

Vivien

Vous en avez probablement déjà entendu parler. Mais connaissez vous DOCKER ?

Docker s’inscrit dans cette nouvelle mode qu’est le devops. Comment faire pour aller plus vite et travailler plus efficacement ? Docker vous apporte des éléments de réponses.

Docker consiste à faire tourner des “containers” qui embarquent un logiciel pouvant fonctionner en toute autonomie. Le container contiendra tout ce dont il a besoin pour faire correctement fonctionner votre application. Comme si elle tournait sur votre poste ou un serveur.

Docker s’appuie sur le Kernel et l’OS de la machine sur lequel vous l’avez installé :

Capture d'écran 2016-05-26 14.34.08

Pour créer un container, vous devez écrire un fichier qui spécifiera les étapes d’installations => De quoi à besoin votre application pour fonctionner. L’intérêt est ensuite multiple :

– Possibilité de lancer votre container sur n’importe quelle machine ayant un docker   d’installé. Donc plus de problème de livraison. Une fois testé, vous pouvez fournir votre container et pas de surprise par la suite.

– Les containers sont des “sandbox” donc ne communique pas directement avec l’extérieur. Cela apporte un niveau de sécurité quand vous travaillez sur des applications sensibles.

– Vous avez accès à une application “jetable”. Au moindre problème, vous pouvez supprimer le container et en relancer un qui sera “neuf”.

Pour aller plus loin, n’hésiter pas à aller fouiller sur le site officiel de DOCKER :) https://www.docker.com/

facebooktwittergoogle_plusmail

Avantages des applications ASP.NET MVC

Karim

ASP.NET MVC est le Framework de développement web tendance poussé par Microsoft. Dans cet article on va découvrir les avantages principaux d’un tel Framework.

  • Une architecture orientée « Action » au lieu d’une architecture orientée « Vue » (l’approche ASP Webform) ce qui donne une approche plus cohérente avec le logique métier. Exemple : un utilisateur clique sur un bouton « Acheter » ; dans l’architecture MVC, la requête arrive d’abord à l’action d’achat (la méthode qui exécute l’achat) qui appartient à un controlleur, qui à son tour indique quelle vue à retourner à l’utilisateur avec le model approprié. A l’encontre, dans l’approche Webform, la requête utilisateur arrive à la vue (.aspx) qui donne le relai au code behind (.aspx.cs) qui exécute à son tour tout le cycle de vie d’une page web (compliqué) pour arriver finalement à exécuter l’action d’achat et retourner un résultat. Cette architecture permet également une meilleure performance étant donné qu’il n’est plus besoin de parcourir tout le cycle de vie (parfois long) d’une page pour avoir un résultat d’une requête.
  • Séparation des tâches (SoC): Le Framework MVC offre une séparation claire entre les différentes couches: Le logique business (représenté par le Controlleur C), la logique présentation (représentée par la vue V) et les entités business (représentées par le model M). Chaque couche est indépendante de l’autre. Cette logique permet une meilleure structuration de code, en conséquence une simplification de la maintenabilité des applications. Aussi, l’indépendance Controlleur-Vue permet d’avoir un output très propre.
  • Développement dirigé par les Tests (TDD) : Tous les contrats de base dans le Framework MVC sont basés sur des interfaces et peuvent être testés en utilisant des simulacres (Mock Objects), qui sont des objets simulés, imitant le comportement des objets réels de l’application.  On peut tester de façon unitaire l’application sans recours à l’exécution des contrôleurs dans un processus ASP.NET, ce qui rend les tests unitaires rapides et flexibles.
  • Plusieurs types de rendus de page : Pas seulement du rendu HTML qu’on peut avoir avec les applications MVC, mais aussi d’autres types tels que JSON. Ceci peut être spécifié au niveau de l’action.
  • Un Contrôle HTML Total: Contrairement à l’approche ASP Webform, l’approche MVC est « stateless », elle est conçue pour surmonter les défauts du « Viewstate » (notamment s’il s’agit d’un grand volume de données au niveau de la page ce que ralenti énormément le chargement des pages) et la programmation événementielle. Le MVC ne supporte ni «Viewstate» ni événements, en conséquence, le déclenchement des événements est remplacé par deux mécanismes – URLs et le POSTing et le maintien des états est assuré par les « Viewmodel » et certains d’autres techniques comme le « Viewbag », « tempdata » et le « Viewdata ». En outre, le MVC offre une intégration facile avec les frameworks JavaScript tels que jQuery et AngularJs ce que permet un rendu full HTML plus propre et facile.
  • Moteur de Recherche Optimisé (SEO): Les URL sont plus convivial pour les moteurs de recherche, ils sont basés sur le style d’architecture RESTful. Exemple : mywebapplication.com/users/ 1 – récupère l’utilisateur avec un ID = 1 alors que mywebapplication/users/getuser.aspx (id est passé en session)).
  • Support des fonctionnalités existantes d’ASP.NET webform. ASP.NET MVC permet d’utiliser des dispositifs tels que les formulaires d’authentification et l’authentification Windows, les autorisations sur les URL, les fonctionnalités d’appartenance à un groupe (membership) et de rôle, le mécanisme de cache de données et de code produit, les session et la gestion du profil, le système de configuration et l’architecture des fournisseurs.
  • Le modèle MVC fonctionne bien pour des applications Web développées et soutenues par de grandes équipes de développeurs et de designers, qui ont besoin d’un degré élevé de contrôle sur le comportement des applications

Pour finir, ci-dessous un résumé des différences principales à connaître entre ASP.NET Webform et ASP.NET MVC.

 

Webforms

MVC

Cycle de vie Le fonctionnement est géré par des évènements sur lesquels on peut s’abonner. Après il y a tout un cycle de vie de requête qui est fortement basé sur la « page active .aspx » Le cycle de vie est différent car il fait intervenir un contrôleur qui va charger des modèles de données puis sélectionner la vue à utiliser pour générer le rendu
Dépendances Les pages sont composées d’une vue et de code-behind. Ceci a un impact important car la vue et le contrôleur sont fortement dépendants Le contrôleur sélectionne la vue à afficher. Celle-ci ne dépend que du modèle qu’elle va utiliser pour le rendu.
Testabilité Les pages sont difficiles à instancier en dehors d’un fonctionnement normal. Ceci a pour effet de les rendre impossible à tester de manière automatique Les contrôleurs sont de « simples » classes qu’on peut instancier sans contexte Http. Elles sont donc plus faciles à tester avec des tests unitaires par exemple.
Gestion de l’état Les contrôles stockent leurs états dans le ViewState. Le ViewState est transmis dans chaque page. Il a tendance à grossir très rapidement. MVC ne maintient pas d’état des pages, ni de ViewState. Vous avez le contrôle complet de votre application.
Evènements L’extensibilité est gérée par les évènements. On doit donc s’abonner pour modifier certains comportements L’extensibilité est gérée par héritage ou des filtres. Le fonctionnement est simple à comprendre et à débugger
Les contrôles visuels Webforms est fortement basé sur des composants visuels comme Winforms. Ceci implique que le code est généré de manière automatique (sans grand contrôle) MVC n’utilise pas d’évènement ni de code généré. On doit donc écrire du code HTML propre comme on  le souhaite
Connaissances HTML, CSS et JS Etant donné la présence de contrôles visuels, on n’a pas besoin d’avoir de connaissances approfondies en HTML, JS et CSS pour créer des applications. Les composants vont générer le code pour vous L’absence de contrôles visuels et de drag & drop nécessite des compétences en développement HTML, CSS et Javascript. En contre-partie, On peut écrire du code jQuery et des requêtes Ajax très simplement
Apprentissage Webforms est plus facile à apprendre et permet de créer rapidement des écrans visuels grâce au drag & drop de composants. Le framework est intéressant pour débuter avec le Web quand on connait déjà Winforms Le temps d’apprentissage est un peu plus long car il faut bien comprendre les concepts du framework. Une fois qu’on a bien compris ces concepts, on peut développer très rapidement des applications web modernes

 

 

facebooktwittergoogle_plusmail

Kata refactoring legacy code chez Ossia

Christian

Le premier kata ossiens s’est déroulé le 11/02/2016. Le thème était refactoring Legacy Code. Je me suis donc retrouvé, développeur .Net, avec une majorité de Java-iste :).

Ce fût une excellente soirée d’échanges autour de nos technologies respectives. J’espère que j’aurais l’occasion de faire un kata en Java la prochaine fois.

La base choisie était le kata TripService de Sandro Mancuso disponible ici sur github.

Les réflexions de la soirée sont disponibles ici sur github : https://github.com/MacReiben/KataOssia-201602.

N’oubliez d’envoyer vos idées pour la soirée du mois prochain !

@ bientôt !

facebooktwittergoogle_plusmail